Pavillon noir, Thibaut de Saint Pol

26 juin 2007 par Grégory Berthier

pavillon-noir.jpgCyril est un génie. Le pirate le plus aguerri des temps modernes. Depuis son repaire de Marchenoir, il sillonne nuit et jour un océan infini, pillant les ordinateurs désarmés, envoyant par le fond les programmes de ses rivaux. Sa course est une guerre impitoyable, mais Cyril, sûr de sa puissance, s’apprête à semer le chaos. A l’échelle planétaire.Mais d’où viennent les voix qu’il entend derrière sa porte, cette impression d’être épié ? Et cette présence féminine ? Quelqu’un menacerait-il de faire échouer le grand projet qui est le sien ?Pour le pirate informatique, la mer la plus hostile et la plus mystérieuse n’est peut-être pas celle qu’il écume à bord de son ordinateur.

 

 

 

Après N’oubliez pas de vivre (Albin Michel, 2004), un premier roman remarqué, Thibaut de Saint Pol, né en 1981, signe avec Pavillon noir un livre sombre et onirique, qui peut être vu comme le premier roman de la piraterie moderne.

Retrouvez le sur son site : www.thibaut-desaintpol.fr

En librairie le 23 août 2007

Posté dans Littérature française, Rentrée littéraire 2007 | Pas de commentaire »

Ether, Franck Resplandy

26 juin 2007 par Grégory Berthier

ether.jpgInfirmière secrète et pudique, elle a toujours vécu dans le contrôle de soi et le sacrifice. Jusqu’à ce jour où, subjuguée par un photographe de passage, elle se laisse outrager. Le plaisir charnel qu’elle découvre libère en elle des forces qui l’exaltent, mais réveillent aussi dangereusement sa culpabilité et sa haine.Bientôt, malgré la confusion de ses sentiments et l’abîme qui la sépare de son amant, elle est entraînée dans une relation cruelle, vertigineuse. Au risque de voir son univers mental tout entier basculer.

 

 

 

Avec Ether, un roman fiévreux à l’efficacité redoutable, Franck Resplandy met l’audace littéraire au service d’un thème universel. Ecrivain multiple, il a déjà publié L’Etonnant voyage des mots français dans les langues étrangères (Bartillat, 2006), réédité en poche sous le titre My rendez-vous with a femme fatale (”Points”, Seuil, 2007).

En librairie le 23 août 2007

Posté dans Littérature française, Rentrée littéraire 2007 | Pas de commentaire »

De Gaulle en maillot de bain, Gérard de Cortanze

26 juin 2007 par Grégory Berthier

de-gaulle-en-maillot-de-bain.jpgLe titre de ce roman des origines s’est vite imposé : De Gaulle en maillot de bain, comme on le disait alors dans les cours de récréation. La maîtresse en maillot de bain. Les parents en maillot de bain. Gérard en maillot de bain. Tout le monde en maillot de bain, tous les acteurs de cette tragi-comédie à la française, tous en maillot de bain sur la scène de la vie, avec, en toile de fond, la France de l’immédiate après-guerre, celle de deux mutations majeures : la décolonisation et la modernisation. La France des 40% de Français qui ne se lavent qu’une fois par mois et des 75% qui n’utilisent jamais de brosse à dents. La France des appareils ménagers, ces « amis des femmes », et des huit actifs pour un retraité. La France des Yé-Yé et de la 4 CV, de Poujade et de Minou Drouet, du Spoutnik et de l’Ange blanc, de l’ORTF et du journal Pilote, de la fin de la soutane et de l’apparition des collants. La France de la libération des mœurs et de la culture, mais qui ne conçoit pas de projet social sans brutalité, qui s’arc-boute sur ses acquis, qui oppose déjà les jeunes aux vieux. La France qui se relève et qui court, mais vers quoi ?Dans ce livre drôle et généreux, Gérard de Cortanze s’attache à décrire une « France réelle » qui l’a vu grandir et se demande si les « Trente glorieuses », même en maillot de bain, l’ont été autant qu’on l’a prétendu.

Auteur de plus de soixante livres traduits en vingt langues, dont Assam, prix Renaudot 2002, Gérard de Cortanze dirige la collection Folio/Biographies aux éditions Gallimard.

En librairie le 23 août 2007

Posté dans Littérature française, Rentrée littéraire 2007 | Pas de commentaire »

  |