Hotel de Dream, Edmund White

9 juillet 2007 par Grégory Berthier

hotel-de-dream.jpgEn 1900, à vingt-huit ans à peine, le grand écrivain américain Stephen Crane se meurt de la tuberculose au fin fond de la campagne anglaise. Sa compagne, Cora, ancienne prostituée et tenancière du bordel appelé « Hotel de Dream », en Floride, remue ciel et terre pour trouver l’argent qui permettra de conduire Crane jusqu’à la clinique, au cœur de la Forêt-Noire, où elle pense qu’il pourra être guéri. Au cours de ce long et pénible exode vers l’Allemagne ponctué par les visites de Joseph Conrad et Henry James, Crane lui dicte son nouveau roman, chapitre par chapitre.Intitulé Le Garçon maquillé, ce « roman dans le roman » raconte l’histoire d’un adolescent, Elliott, rencontré par Crane autrefois dans les rues de New York et vivant de la prostitution. Un banquier marié et petit-bourgeois, foudroyé par sa beauté, est saisi d’une passion dévorante pour le jeune homme. Mais la ruine, le désastre et la tragédie guettent à la fois le garçon et le banquier…Edmund White réussit ici un remarquable tour de force littéraire. Un texte qui explore la vie sordide du New York de la fin du XIXe siècle tout en proposant l’admirable portrait d’une femme amoureuse d’un écrivain de génie. Un roman surprenant, humain et subtil.

Né en 1940 à Cincinnati, Ohio, Edmund White se fait connaître du grand public dix ans après sa participation au groupe Violet Quill, mouvement d’écriture gay. New-yorkais, enseignant à l’université de Princeton, il est l’auteur de Ecorché vif, La bibliothèque qui brûle (Plon, 1997), La Symphonie des adieux (Plon, 1998), L’Homme marié (Plon, 2000) et d’une biographie de Jean Genet (Gallimard, 1993). Son autobiographie, Mes vies, parue chez Plon en septembre 2006, a été particulièrement bien accueillie en France.

En librairie le 6 septembre 2007

Posté dans Littérature étrangère, Rentrée littéraire 2007 | Pas de commentaire »

Retour au pays, Rose Tremain

9 juillet 2007 par Grégory Berthier

retour-au-pays.jpgComme tant d’autres hommes venus de l’Est, Lev décide un jour de quitter sa terre natale pour gagner l’Angleterre, à la recherche d’un travail et en quête d’un nouveau départ, avec pour seuls bagages ses craintes et ses espoirs. Derrière lui flottent les ombres de son passé, en particulier celles de sa défunte femme Marina, et de Maya sa fille adorée.Muni de quelques billets de vingt livres pour assurer sa survie, Lev affronte à Londres un quotidien souvent hostile. Heureusement, les souvenirs sont là, omniprésents, pour garder le lien avec ses racines : les pittoresques parties de pêche avec Rudi l’ami extravagant qui ne vit que pour sa vieille voiture cabossée, les jeux avec l’insouciante Maya…Et puis son émouvant périple sera jalonné de rencontres pleines d’humanité, comme celle de Christy Slane, son colocataire irlandais, ou encore de Sophie, la jeune et charmante cuisinière du restaurant qui l’embauche. Tant est si bien qu’à aucun moment il ne perdra l’espoir de pouvoir rentrer au pays la tête haute.Avec son innocence et un détermination farouche, le beau personnage de Lev nous offre une version contemporaine de Candide, sous la plumé élégante et lumineuse de Rose Tremain.

Née en 1943, la romancière anglaise Rose Tremain est considérée comme l’une des plus talentueuses de son époque. Elle est l’auteur de nouvelles, comme Les Ténèbres de Wallis Simpson (Plon, 2006), et de romans historiques à succès (Le Don du roi, Fallois, 1993 ; Musique et Silence, Plon, 2000 et ; La Couleur des rêves, Plon, 2004). Elle a reçu le prix Femina pour son roman Le Royaume interdit. Ses ouvrages sont traduits dans le monde entier. Mariée à l’historien Richard Holmes, elle vit dans le Norfolk.

En librairie le 23 août 2007

Posté dans Littérature étrangère, Rentrée littéraire 2007 | Pas de commentaire »

  |