Parution d’Ego Trip de Luis de Miranda chez J’ai lu

19 août 2008 par Grégory Berthier

ego-trip.jpgL’Homme postmoderne se fantasme en artiste-sans-œuvre. Son imaginaire est standardisé, son bien-être est virtuel, et son moi schizonévrotique. La société ? Fragmentée. Les révolutions ? Mentales. L’intime ? Colonisé. Que nous reste-t-il face au chaos du monde hypercapitaliste, à part le délirant repli sur soi ?
Luis de Miranda répond par la révolte de l’esprit critique et de l’ironie. L’utopie nombriliste, le matraquage publicitaire ou l’invasion de la téléréalité, tout est conçu pour détourner nos pulsions créatrices au profit d’une consommation narcissique.
Ego trip n’est pas un pamphlet réactionnaire de plus : c’est au contraire une belle envolée lyrique, un chant de la vie contre le vide.

« Concis, percutant, énervant, il analyse la stupidité de nos narcissismes […]. Bourré de formules brillantes, Ego trip stimulera ton cerveau et frustrera ton ego. » VOICI

Posté dans Littérature française, Rentrée littéraire 2008 |

Laisser un commentaire

sinus