Sa vie dans les yeux d’une poupée

Deux écorchés vifs. Deux rêves de seconde chance. Un regard pour renaître…

Provocateur, cynique et misogyne, Marc est affecté à la brigade des moeurs après un grave accident.
Quand, dans le cadre d’une enquête, il croise la douce Barbara, le policier est troublé par son regard presque candide, touché par cette fragilité que partagent ceux qui reviennent de loin. Ému. Au point de croire de nouveau en l’avenir.

Mais il est aussi persuadé qu’elle est la pièce manquante, le pion à manipuler pour démasquer le psychopathe qu’il traque.
Et s’il se trompait ?
Le pire des monstres est parfois celui qui s’ignore, quand bien même il rêve sa vie dans les yeux d’une poupée…

« Une aventure haletante, violente, psychologiquement marquante : du bon et vrai thriller ! » Marina Carrère d’Encausse

Plongez vous vite dans les premières pages du nouveau thriller d’Ingrid Desjours !

“Si vous ne lisez pas ce livre, c’est une profonde erreur, vous passerez à côté de la femme qui va peut-être révolutionner le thriller en France” David Medioni, Les deblogueurs.tv / la Griffe Noire

Bonjour Ingrid Desjours, comment est né « Sa vie dans les yeux d’une poupée ? »

Hello Sofy ! Vous avez raison : on peut en effet parler de véritable naissance. Quand j’écris, les personnages viennent à moi et s’imposent, m’obligent presque à raconter leur histoire. Barbara est arrivée la première, avec sa fragilité, sa beauté, ses traumatismes et la tentation de basculer dans la folie la plus meurtrière. J’ai eu envie de la suivre et de l’aider à tenir le couteau. Et puis, alors que je ne voulais pas de ce flic dans cette histoire, Marc s’est invité et ne m’a pas laissé le choix : il s’est imposé à moi avec cette espèce de rage incandescente qui le caractérise. Il a pris sa place par la force et la provocation et m’a finalement complètement conquise, embarquée dans sa course folle contre les démons de Barbara. Les deux sont devenus indissociables l’un de l’autre, comme les deux versants d’une même entité, indissociables aussi de l’histoire et de mon esprit.

Est-ce que les personnages de Marc et Barbara ont beaucoup évolué entre les moments où vous les avez créés et lorsque vous avez posé le point final ?

Oui. Chacun d’entre eux traverse cette histoire comme une sorte d’initiation douloureuse. Au début, Marc est diminué physiquement suite à un accident. Il en veut à la terre entière et aux femmes en particulier. Il crève d’envie qu’on le voie pour ce qu’il est, qu’on le trouve beau et qu’on le touche, mais il fait tout pour repousser ceux qui essaient, convaincu qu’il ne ferait que se perdre plus s’il se laissait de nouveau aller à faire confiance à quelqu’un. Barbara, quant à elle, est brisée intérieurement, a été matée avant même d’avoir goûté à la liberté. Elle retient toutes ses émotions. Pas de colère, de haine ou de rage assumées chez elle. On peut lui faire tout ce qu’on veut, elle ne se plaint pas et l’oublie aussitôt, comme si elle ne comptait pas. Comme si elle n’existait pas vraiment. Elle se nie totalement alors qu’elle a tant besoin d’être aimée, enveloppée par quelqu’un…

Les deux sont en quête d’une forme de réparation et s’y prennent maladroitement. L’un en provoquant à tout va, l’autre en abdiquant sa réserve au profit d’un double meurtrier qui la venge à coups de lame. Pour autant, leur rédemption, ils pourraient bien la trouver grâce à leur rencontre… Mais y arriveront-ils ?

La suite de l’interview d’Ingrid Desjours, c’est sur ZoneLivre !

Suivez toute l’actualité d’Ingrid Desjours sur Facebook

Cette entrée a été publiée dans Littérature française, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>