Salman Rushdie presente L’Enchanteresse de Florence a Paris et a Aix-en-Provence

31 octobre 2008 par Grégory Berthier

De gauche a droite et de haut en bas : rencontre-signature a la librairie “Comme un roman”. Emission “Tout arrive” en direct sur France Culture. Rencontre a la BNF dans le cadre du festival Mediapart. Enregistrement de l’emission “Au Field de la nuit” sur tf1. Fete du livre d’Aix-en-Provence. Salman Rushdie en compagnie d’Ivan Nabokov (son editeur), Altaf Tyrewala (auteur indien) et Gerard Meudal (son traducteur). Salman Rushdie et Denis Podalydes.

Cliquez sur les photos pour les agrandir.

Reportage photo realise par Elisabeth Kovacs.

01.jpg02.jpg03.jpg04.jpg05.jpg06.jpg071.jpg08.jpg09.jpg

Posté dans Littérature étrangère, Nouveautés, Rentrée littéraire 2008 | Pas de commentaire »

RENCONTRE AVEC SALMAN RUSHDIE A LA LIBRAIRIE “COMME UN ROMAN…”

13 octobre 2008 par Grégory Berthier

rushdie.jpg

MARDI 14 OCTOBRE DE 19h30 A 20H30

LA LIBRAIRIE COMME UN ROMAN…

RECEVRA SALMAN RUSHDIE POUR UNE RENCONTRE-DEDICACE AUTOUR DE SON NOUVEAU ROMAN L’ENCHANTERESSE DE FLORENCE ( Ed Plon).

VASTE FRESQUE FANTASTIQUE, A LA FOIS EPOPEE COMIQUE ET FABULEUSE CHRONIQUE AMOUREUSE, L’ENCHANTERESSE SIGNE LA RENCONTRE ENTRE LE CONTE ORIENTAL DIGNE DES MILLE ET UNE NUITS ET LES INTRIGUES DE LA FLORENCE DU XVIe SIECLE.

UNIQUE RENCONTRE A PARIS AVEC LE GRAND AUTEUR INDIEN.

A NE PAS RATER.

Librairie Comme un roman…, 39 rue de Bretagne - 75003 Paris

Posté dans Nouveautés, Rentrée littéraire 2008, Signatures en librairie | Pas de commentaire »

La critique de “Paridaiza” dans La Revue Litteraire.

22 septembre 2008 par Grégory Berthier

Cliquez sur les pages pour lire l’article.

paridaiza-1.jpgparidaiza-2.jpgparidaiza-3.jpg

Posté dans Littérature française, Nouveautés, Rentrée littéraire 2008 | Pas de commentaire »

Rencontre avec Nathan Englander au Musee d’art et d’histoire du Judaisme

17 septembre 2008 par Grégory Berthier

rencontre-englander.jpg

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Posté dans Littérature étrangère, Nouveautés, Rentrée littéraire 2008 | Pas de commentaire »

Découvrez la bande originale de Daddy Frénésie !

20 août 2008 par Grégory Berthier

Tristane Banon Bande Originale Daddy Frénésieenvoyé par tristanebanon

Posté dans Littérature française, Nouveautés, Rentrée littéraire 2008 | 1 commentaire »

La bande annonce de Daddy Frénésie sur le site d’Europe 1

20 août 2008 par Grégory Berthier

Cliquez sur le lien suivant pour y accéder : http://www.europe1.fr/Decouverte/Talents-et-personnalite/Litterature/La-rentree-litteraire-se-fait-sur-le-Net

Posté dans Littérature française, Nouveautés, Rentrée littéraire 2008 | Pas de commentaire »

Paridaiza : revue de presse web

20 août 2008 par Grégory Berthier

La critique de la librairie Prado Paradis de Marseille.
La critique du Journal des Pros.com

Les
critiques des lecteurs sur Amazon.

Posté dans Littérature française, Nouveautés, Rentrée littéraire 2008 | Pas de commentaire »

Quelques jours avec Christine A. et Paridaiza dans la sélection de rentrée littéraire de parutions.com

20 août 2008 par Grégory Berthier

Cliquez sur le lien suivant pour y accéder : http://www.parutions.com/index.php?pid=1&rid=1&srid=440&s=0

Posté dans Littérature française, Nouveautés, Rentrée littéraire 2008 | Pas de commentaire »

Parution d’Ego Trip de Luis de Miranda chez J’ai lu

19 août 2008 par Grégory Berthier

ego-trip.jpgL’Homme postmoderne se fantasme en artiste-sans-œuvre. Son imaginaire est standardisé, son bien-être est virtuel, et son moi schizonévrotique. La société ? Fragmentée. Les révolutions ? Mentales. L’intime ? Colonisé. Que nous reste-t-il face au chaos du monde hypercapitaliste, à part le délirant repli sur soi ?
Luis de Miranda répond par la révolte de l’esprit critique et de l’ironie. L’utopie nombriliste, le matraquage publicitaire ou l’invasion de la téléréalité, tout est conçu pour détourner nos pulsions créatrices au profit d’une consommation narcissique.
Ego trip n’est pas un pamphlet réactionnaire de plus : c’est au contraire une belle envolée lyrique, un chant de la vie contre le vide.

« Concis, percutant, énervant, il analyse la stupidité de nos narcissismes […]. Bourré de formules brillantes, Ego trip stimulera ton cerveau et frustrera ton ego. » VOICI

Posté dans Littérature française, Rentrée littéraire 2008 | Pas de commentaire »

Evénement : la bande originale de “Daddy frénésie”, écrite et composée par Stephan Caso, en ligne sur le site de Tristane Banon le 20 août !

16 juillet 2008 par Grégory Berthier

buzz4_stephan.jpg

Cliquez sur l’image pour l’agrandir.

Posté dans Littérature française, Nouveautés, Rentrée littéraire 2008 | Pas de commentaire »

Les Monstres de Templeton : le trailer (version originale non sous-titrée)

30 juin 2008 par Grégory Berthier

Posté dans Littérature étrangère, Nouveautés, Rentrée littéraire 2008 | Pas de commentaire »

Paridaiza, Luis de Miranda

16 juin 2008 par Grégory Berthier

paridaiza.jpgLe désenchantement quotidien : il frappe les couples comme ceux qui souffrent de solitude. En 2012, il est devenu le fléau d’une époque qui ne croit plus en grand-chose, provoquant le succès de Paridaiza, le premier jeu de simulation totale, où les cinq sens sont captivés. Une duplication virtuelle de la Vieille Terre, où la vie semble plus intense, plus aventureuse, où, à travers ses avatars, chacun peut s’abandonner sans culpabilité à la duplicité. Quant aux plus habiles des joueurs, ils ont accès aux sommets inouïs de jouissance que procure le Plaisirium.
Perturbé par sa relation apparemment sans issue avec Clara, Nuno se réfugie jour et nuit sur Paridaiza : les organisateurs ont annoncé que dans quelques semaines, on y vivra l’avènement du Jour de l’Amour…
 

Né en 1971, Luis de Miranda a publié divers romans et essais : Le Spray (2000), A Vide (2001), Ego trip, la société des artistes sans oeuvres (2003). Avec Paridaiza, roman d’anticipation poétique, il livre un texte onirique et singulier.

www.paridaiza.net

www.luisdemiranda.net

Posté dans Littérature française, Nouveautés, Rentrée littéraire 2008 | Pas de commentaire »

Une passion hongroise, Danièle Georget

16 juin 2008 par Grégory Berthier

une-passion-hongroise.jpgBudapest, 1956. Un homme, une femme, tous deux reporters-photographes, sont jetés dans la tourmente d’une révolution. Pendant quelques heures, alors que la logique des sentiments et de l’histoire est balayée, leurs chemins se rencontrent.
C’est assez pour changer le cours d’une vie.
 

Danièle Georget est journaliste et écrivain. Elle est l’auteur de Goodbye Mister President (Plon, 2007).

Posté dans Littérature française, Nouveautés, Rentrée littéraire 2008 | Pas de commentaire »

Daddy frénésie, Tristane Banon

16 juin 2008 par Grégory Berthier

daddy-frenesie.jpgUne ficelle, un lien de fer, des menottes, un ruban peut-être ?  A quoi ça ressemble, les liens du sang ?
Vingt-sept ans sans père sur vingt-sept, ça fait beaucoup. Mais il y a bien longtemps que Flore a cessé de le chercher. Elle sait, aujourd’hui, que sa mort lui serait égale.
Et voilà qu’un matin surgit un de ces hasards qui ressemblent au battement d’ailes d’un papillon. Feuilletant le journal, elle lit son nom sur un avis de décès. Son nom à elle, Flore. Son nom à lui, l’homme qui n’a jamais été un père pour elle.
Soudain, la jeune fille se retrouve confrontée à la présence imposée, envahissante, de l’Absent. Avec une question, au fond : ça ressemble à quoi, un père ? Elle veut savoir et part, comme on traque les spécimens, sur les traces de cet homme.
Son enquête, qui dissimule à peine sa quête, va tout fracasser sur son passage. On n’imagine jamais ce que peut provoquer le battement d’ailes d’un papillon…

Tristane Banon a vingt-neuf ans. Elle a déjà publié deux romans, J’ai oublié de la tuer (2004) et Trapéziste (2006). Elle vit à Paris.

www.tristane-banon-officiel.com

Posté dans Littérature française, Nouveautés, Rentrée littéraire 2008 | 1 commentaire »

Quelques jours avec Christine A, Frédéric Andrau

16 juin 2008 par Grégory Berthier

quelques-jours-avec-christine-a.jpgça suffit !
Je lis tout de vous mais je ne sais pas pourquoi. Il faut que ça s’arrête. Il faut vous empêcher d’écrire.
Je vais vous enlever, vous sortir de la lumière. Vous extraire de la scène littéraire où vous aimez vous agiter. Passer quelques jours avec vous. On verra bien qui vous êtes vraiment…
Un personnage de roman ?

Après plusieurs années de collaboration dans la presse écrite et un premier livre singulier, A fleur de peaux (2005), Frédéric Andrau signe ici son second roman. Il vit entre Paris et la Normandie.

http://lesblogsdeplon.fr/fredericandrau

Posté dans Littérature française, Nouveautés, Rentrée littéraire 2008 | 1 commentaire »

L’enchanteresse de Florence, Salman Rushdie

15 juin 2008 par Grégory Berthier

rushdie.jpgDébut du XVIe siècle, au coeur des Indes : un jeune Florentin qui se fait appeler “Mogor dell’Amore” arrive à la cour d’Akbar, le Grand Moghol. Il prétend être le fils de l’enchanteresse de Florence, femme aux destins multiples, princesse oubliée, mystérieuse détentrice du secret de la jeunesse éternelle.

À la cour de la cité impériale, le jeune audacieux se hisse très vite à un rang élevé, mais il tombe en disgrâce à cause de querelles féminines et d’un terrible incendie qui ravage la ville. Redevenu simple citoyen, il disparaît dans le tumulte ambiant. Après son départ, le Grand Moghol est visité en rêve par l’enchanteresse qui lui révèle les origines de l’énigmatique “Mogor dell’Amore”.

Tandis que l’un de ses fantômes hante les songeries d’Akbar, le coeur de la Florence des Medicis bat au rythme des complots, des fastes et des cruautés. On y frôle le souvenir terrible de Savonarole, on y côtoie le clan des Vespucci et Niccolo Machiaveli… Tous jouent leur rôle dans la légende de l’enchanteresse, leurs destins s’entrecroisent, entre Orient et Occident, mêlant leurs charmes et leurs sorts, la magie étourdissante des Indes et la sulfureuse sensualité florentine.

Salman Rushdie, né à Bombay en 1947, a longtemps vécu en Grande-Bretagne avant de s’établir aux Etats Unis. Les Enfants de Minuit, couronné par le Booker Prize en 1981 et publié pour la première fois en France en 1983, a connu aussitôt un immense succès mondial, et placé son auteur au premier rang des écrivains majeurs de notre temps. Salman Rushdie est aussi l’auteur d’essais, de nouvelles et de plusieurs romans, parmi lesquels Les Versets sataniques (Christian Bourgois, 1989 et Plon, 1999), Le Dernier Soupir du Maure (Plon, 1996), Shalimar le clown (Plon, 2005). Il a été anobli par la Reine d’Angleterre en 2007.

Posté dans Littérature étrangère, Nouveautés, Rentrée littéraire 2008 | Pas de commentaire »

Le ministère des Affaires spéciales, Nathan Englander

15 juin 2008 par Grégory Berthier

englander.jpgLe vieux cimetière juif de Buenos-Aires est plongé dans la nuit. L’obscurité étouffe les pas de Kaddish Poznan et dissimule son ouvrage : il est payé par les honorables Juifs bourgeois pour effacer des pierres tombales les noms infâmants des prostituées, maquereaux, truands et autres aïeux gênants…

Mais, pendant que Kaddish tente d’abolir le passé, la junte militaire démolit méthodiquement le présent. Dans l’Argentine de 1976, l’espoir n’est plus permis. Pato, fils de Kaddish et de sa femme Lilian, étudiant fougueux et révolté, brouillé avec son père qui tente de le protéger, est arrêté. “Disparu”, comme tant d’autres à cette époque.

Dès lors, Kaddish et Lilian n’auront de cesse de rechercher leur enfant, de polices en avocats, de prêtre en rabbin… Jusqu’au tentaculaire ministère des Affaires spéciales, morceau de bravoure kafkaïen, où l’espoir dérive et s’amenuise, de files d’attente en portes fermées…

Nathan Englander livre ici un premier roman éblouissant, où la tragédie et l’absurde se mêlent, sans jamais se déparer d’un humour dévastateur. Trempée dans l’encre de Gogol ou d’Orwell, la plume grinçante et agile, si singulière d’Englander, écrit les dictatures qui broient les êtres et défient la raison, la famille où l’on s’aime et se déchire, la quête désespérée d’un père qui veut sauver son fils.

Nathan Englander, né à New York, a grandi au sein d’un milieu juif orthodoxe. Il est l’auteur d’un recueil de nouvelles Pour soulager d’irrésistibles appétits (Plon, 2000 et 10/18) et s’impose avec ce roman comme une nouvelle voix exceptionnelle de la littérature américaine.

Posté dans Littérature étrangère, Nouveautés, Rentrée littéraire 2008 | Pas de commentaire »

Les monstres de Templeton, Lauren Groff

15 juin 2008 par Grégory Berthier

groff.jpg« Le jour où je revins à Templeton, en pleine disgrâce, le cadavre d’un monstre mesurant près de seize mètres émergea à la surface du lac Glimmerglass. »

Ainsi s’ouvre Les Monstres de Templeton, un roman qui balaie deux siècles d’histoire : celle d’une jeune fille à la recherche de son père, et celle d’un village, ancrée dans l’Amérique profonde, au milieu des légendes et des secrets de famille.

À la suite d’une déconvenue amoureuse, Willie Upton frappe à la porte de la vieille demeure où vit encore sa mère, Vivienne, ancienne hippie devenue baptiste fervente sur le tard… Au lieu du réconfort qu’elle vient y chercher, Willie trouve un village sens dessus dessous, chamboulé par l’apparition d’un animal démesuré, et découvre un terrible mensonge : son père existe bel et bien, elle n’est pas le fruit hasardeux des amours libres de sa mère, mais bien la fille d’un homme connu et reconnu dans Templeton.

Lancée dans une enquête à rebondissements pour retrouver son père, elle part sur la trace de ses ancêtres et reconstitue la fabuleuse généalogie qui mène à son histoire.

Lauren Groff, 30 ans, vit en Floride. Les Monstres de Templeton est son premier roman, il est entré dès sa publication aux Etats-Unis sur la liste des best-sellers.

Posté dans Littérature étrangère, Nouveautés, Rentrée littéraire 2008 | Pas de commentaire »

Le trailer de Daddy frénésie, le nouveau roman de Tristane Banon à paraître le 21 août

2 juin 2008 par Grégory Berthier

Daddy Frénésie Tristane Banonenvoyé par tristanebanon

Posté dans Littérature française, Nouveautés, Rentrée littéraire 2008, Vidéos | 4 commentaires »

  |