Nuit Blanche, la touche sanglante française

Nuit blanche

Parce que les Anglo-Saxons et les Suédois n’ont pas le monopole du suspens, Nuit blanche fait émerger les jeunes talents français du thriller qui démontrent toute la vivacité de notre littérature noire, son originalité, son obscurité, sa perversité et son efficacité.

Originalité avec Surhumain qui retrace le destin héroïque d’une jeune flic infiltrée dans un réseau mafieux et qui doit combattre un tueur surpuissant.
Obscurité avec Le fils des Brûlés où un horrible fait divers prend des allures diaboliques dans une campagne reculée de l’Hexagone, hantée de superstitions et de secrets mortels.
Perversité avec le très sombre Potens, un thriller psychologique où une jeune sexocriminologue
arpente le pavé parisien pour enquêter sur les crimes les plus sordides que l’âme humaine peut engendrer.
Efficacité avec Usurpé qui nous conduit de l’autre côté de l’Atlantique pour montrer les vicissitudes du système américain à travers l’histoire d’un homme dont on a usurpé l’identité et la vie…

Les commentaires sont fermés.